Marion GUILLOT

                                                         » J’étais le seul debout, ils

avaient l’air tout petits de mon point de vue, presque

intimidés soudainement, je me suis demandé sur qui

je devais cogner d’abord pour être le plus juste, dans

l’affaire, Rodolphe, ça paraissait évident, mais ça ne

me faisait pas plaisir de commencer par Rodolphe,

Simon ?,   avait-il vraiment mérité ça ?  Aude,  je

devais peut-être commencer par elle, ce serait le

plus éblouissant, le plus surprenant, moi, Paul

Dubois, l’homme au nom le plus commun du

monde castagner une femme jolie, juste jolie (cogner

sur les belles, ça fait mauvais genre), moi le para-

digme de la faiblesse et de la douceur (la frontière

est ténue parfois), moi, l’agneau, faisant sauter tous

les gonds en plein apéritif, autour d’un verre de

sancerre ; avec un peu de chance j’aurais un article

le lendemain dans le journal local, le quartier

commencerait à frémir de mon voisinage, peut-être

même qu’un jour, un type bâtirait un roman à partir

de mon fait divers, oui, pour que ça ait un peu

d’allure, j’étais obligé de commencer par Aude. »

p.137

Changer d’air de Marion GUILLOT aux éditions de Minuit.

Marion GUILLOT dans Hiver 2015/2016 9782707328915

Publié dans : Hiver 2015/2016 |le 4 janvier, 2016 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Fictionmania |
Le Souffle |
Une vie de famille sous Lou... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | book's house
| Elplume
| La bibliothèque de Sophie